Incontinence par regorgement: un problème masculin

La prostate joue un rôle important en termes de « virilité », mais elle reste un sujet tabou pour beaucoup d’hommes. À un âge plus avancé, elle est souvent source de problèmes et peut être à l’origine de l’incontinence par regorgement.

Seuls les hommes ont la prostate qui est une glande. Sa fonction principale consiste à produire le liquide séminal qui est le médium permettant de transporter les spermatozoïdes. En outre, la contraction de la prostate permet une accélération du sperme. La contraction de la prostate entraîne simultanément la contraction du sphincter de l’urètre. La prostate est donc un organe qui appartient à la fois au système génital et au système urinaire. Cette double appartenance trouve son reflet dans les différents troubles qui peuvent l’affecter. Les symptômes et maladies en lien avec la prostate sont typiques pour certaines tranches d’âge.

Les inflammations de la prostate sont en règle générale un problème des hommes jeunes alors que l’hyperplasie ou l’hypertrophie bénigne de la prostate concerne tout particulièrement les hommes à partir de 50 ans. Le cancer de la prostate est observé plus fréquemment chez les hommes à partir de 70 ans. Il est plus rare chez les hommes de moins de 45 ans.

HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE : LA CAUSE DE NOMBREUX PROBLEMES

HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE : LA CAUSE DE NOMBREUX PROBLEMES

Très souvent, sans être systématique pour autant, l’hypertrophie bénigne de la prostate est responsable des troubles de miction chez l’homme plus âgé. À partir de 50 ans environ, la prostate dont la taille normale correspond grosso modo à celle d'une châtaigne, commence chez la plupart des hommes à grossir. Il semble que la cause de cette croissance réside dans les modifications du statut hormonal de l'homme. La lente croissance de la glande affecte la partie de l’urètre située au niveau de la prostate, directement sous l’orifice de la vessie de manière à l'obstruer de plus en plus. Cette obstruction est à l’origine des problèmes de la miction et provoque les syndromes typiques d’une prostate hypertrophiée tels que :

  • Jet faible,
  • Interruption de la miction, jet haché nécessitant plusieurs tentatives pour permettre la vidange de la vessie,
  • Retard au démarrage de la miction nonobstant le besoin de vidange de la vessie,
  • Sensation de vidange vésicale incomplète, de la présence de résidus urinaires et formation des résidus post-mictionnels,
  • Pollakiurie, c’est-à-dire miction fréquente tant diurne que nocturne (appelée en langage spécialisée la nycturie),
  • Gouttes retardataires après la miction,
  • Besoin urgent et irrépressible d’uriner et miction involontaire par impériosité due à un début d’incontinence en cas de rétention vésicale chronique,
  • Douleurs, brûlures mictionnelles et poussée abdominale lors de la miction,
  • Présence de sang dans les urines (ou hématurie).

Le rétrécissement de l’urètre peut aller jusqu’à provoquer une rétention aiguë d’urine et une distension douloureuse de la vessie. Il s’agit d’une urgence neurologique qui nécessite une évacuation immédiate des urines par la pose d’un cathéter.

RETENTION CHRONIQUE : MECANISME D'INCONTINENCE

RETENTION CHRONIQUE : MECANISME D'INCONTINENCE

L'incontinence due à la rétention chronique d'urine est définie par la Société Internationale d’Incontinence (International Continence Society (ICS)) comme « incontinence par regorgement », connue en langage courant sous le terme « de fuites urinaires goutte-à-goutte ». Ce type d’incontinence résulte du mécanisme suivant : En raison de l’obstruction de l’urètre, l’urine est retenue dans la vessie ce qui entraîne progressivement une distension des muscles des parois de la vessie. La quantité importante d'urine retenue fait augmenter la pression intravésicale. Ainsi, l’urine se fraie un passage par l’urètre obstrué ou sténosé. D'où l’expulsion permanente d’urine sous forme de goutte-à-goutte. Dans le cas le plus grave, il peut y avoir une insuffisance rénale provoquée par la rétention d'urine avec atteinte des reins.

La cause la plus fréquente d'incontinence par regorgement réside dans la prostate hypertrophiée qui entraîne le rétrécissement, voire l’obstruction de l’urètre.

AUTRES CAUSES D'INCONTINENCE PAR REGORGEMENT

AUTRES CAUSES D'INCONTINENCE PAR REGORGEMENT

Une autre cause et la plus fréquente d'incontinence par regorgement est l’obstruction mécanique de l’urètre, due p. ex. à l'hypertrophie de la prostate mentionnée ci-dessus. Les cicatrices dues à une mise en place incorrecte d’un cathéter peuvent également entraîner un rétrécissement de l’urètre (sténose de l’urètre).

Une incontinence par regorgement peut néanmoins apparaître suite à une distension vésicale aiguë survenue pendant ou après une intervention chirurgicale. Plus rares sont les formes neurogènes ou psychogènes d’incontinence par regorgement. Leur apparition est liée à d’autres maladies telles que le diabète, la sclérose en plaques ou autres maladies neurodégénératives du système nerveux central.

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS DE L’INCONTINENCE PAR REGORGEMENT

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS DE L’INCONTINENCE PAR REGORGEMENT

Le traitement de l’incontinence par regorgement suppose à titre de condition préalable d’identifier et de traiter efficacement la maladie à l’origine de l’incontinence. En cas de suspicion d’une hypertrophie de la prostate, le diagnostic se fait au moyen du toucher rectal permettant la palpation de la prostate. Ensuite, le médecin détermine la quantité du résidu post-mictionnel et l’étendue du rétrécissement de l’urètre en mesurant le jet d’urine.

Une échographie peut également être réalisée pour déterminer le degré d'hypertrophie prostatique. Sur ce point, il est crucial de distinguer les tumeurs bénignes des tumeurs malignes. Pour ce faire, une analyse sanguine avec recherche des marqueurs de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) est effectuée. Le cas échéant, une biopsie permettant le prélèvement des tissus est également réalisée.

 TRAITEMENTS EN FONCTION DE L’ORIGINE

Le traitement de l’incontinence par regorgement due à l’hypertrophie de la prostate dépend du degré de l’obstruction de l’urètre. À un stade précoce, pauvre en symptômes, le traitement médicamenteux est en règle générale suffisant. À mesure que l’hypertrophie s’accentue et que des symptômes plus importants apparaissent, une intervention chirurgicale constitue le traitement le plus efficace.

Le traitement des formes neurogènes et psychogènes d’incontinence par regorgement est plus difficile. En règle générale, seul un traitement des symptômes est possible. Cela signifie en d'autres termes que l’on cherche à atténuer les effets et les symptômes de la maladie à l’origine de l’incontinence et de l’incontinence elle-même par des médicaments.

INFORMATIONS RELATIVES A L’INCONTINENCE URINAIRE APRES UNE OPERATION DE LA PROSTATE

INFORMATIONS RELATIVES A L’INCONTINENCE URINAIRE APRES UNE OPERATION DE LA PROSTATE

Après une opération de la prostate, l’incontinence urinaire est fréquente, mais elle est en règle générale passagère. En cas d’ablation de la prostate, des parties du sphincter interne sont également enlevées. Il en résulte une incontinence d’effort dont les effets sont similaires à ceux de l’incontinence d’effort chez la femme. Une rééducation du plancher pelvien spécialement adaptée à l'anatomie masculine permet d’entraîner et de renforcer le sphincter externe intact de manière à obtenir une meilleure fermeture de la vessie.

Les produits suivants sont présentés dans cet article: