Un produit de

Entraînement à la miction et la rééducation de la vessie

Des méthodes d’entraînement comportementales spécifiques comme l’entraînement à la miction ou la rééducation de la vessie favorisent une vidange contrôlée de la vessie.

Dans le traitement de l'incontinence urinaire, les concepts thérapeutiques conservateurs prédominent : entraînement du plancher pelvien, éventuellement en combinaison avec l'électrostimulation et le biofeedback, thérapies médicamenteuses ou méthodes d'entraînement pour améliorer le comportement mictionnel (miction). Les options chirurgicales ne sont utilisées que lorsque les thérapies conservatrices échouent.

Le succès des méthodes de traitement conservatrices est lié à plusieurs conditions :

  • La forme et la gravité de l'incontinence urinaire existante doivent pouvoir être influencées par les mesures de formation. C'est généralement le cas des incontinences d'effort et par impériosité plus légères ou d'une incontinence mixte résultant des deux formes. En cas d'incontinence à l'effort, il convient d'effectuer un entraînement du plancher pelvien en plus de celui des toilettes et de la vessie.
  • Avant de pouvoir entraîner la vessie, les infections urinaires et les cystites doivent être exclues ou guéries, car elles augmentent les symptômes de besoin et rendent l'entraînement plus difficile.
  • Les personnes touchées doivent être motivées et capables de coopérer, tant physiquement que mentalement.

L'apprentissage de la propreté et/ou de la vessie est généralement proposé aux personnes incontinentes dans les maisons de retraite et de soins et est effectué par un personnel infirmier qualifié. Les personnes concernées peuvent bien sûr aussi "s'entraîner" de leur propre initiative ou avec l'aide d'un proche. 

L’entraînement à la miction

L’objectif de l’entraînement à la miction consiste à prévenir le remplissage critique de la vessie chez la personne affectée en permettant une miction en temps voulu. L’entraînement permet à la personne affectée de mieux percevoir le fonctionnement de sa vessie. ll est ainsi possible de prévenir les pertes d’urine involontaires ou au moins d’en réduire la fréquence.

L’entraînement à la miction convient aussi aux personnes dont les capacités physiques et/ou mentales sont limitées, lorsque les patients bénéficient d’un soutien approprié par le personnel de soin ou des proches soignants.

Il est possible d’avoir recours à différentes méthodes d’entraînement en fonction du diagnostic et des capacités de la personne affectée :

  • Passage aux toilettes proposé : l'incitation à aller aux toilettes et des offres d’accompagnement appropriées pendant une période définie doivent permettre aux personnes affectées d’être de nouveau en mesure de chercher elles-mêmes les toilettes en temps voulu.
  • Passage aux toilettes à des horaires de vidange individuels : le journal des mictions est utilisé afin d’élaborer un plan de passage aux toilettes qui correspond au rythme de vidange de la personne affectée.
  • Aller aux toilettes à des horaires définis : l’objectif de cette forme passive ne consiste pas à stimuler la continence, mais à éviter l’énurésie. Les personnes affectées vont aux toilettes à des horaires définis, à peu près toutes les trois heures.


La rééducation de la vessie

La rééducation de la vessie, contrairement à l’entraînement à la miction, est une mesure comportementale à réaliser de manière responsable. Elle présuppose un diagnostic médical avéré et l’existence de capacités intellectuelles inaltérées chez le patient. Voici comment devrait se dérouler une rééducation de la vessie de manière idéale :

  • ll est tout d’abord nécessaire d’apprendre à réprimer l’envie soudaine d’uriner.
  • En cas d’amélioration progressive de la maîtrise de l’envie d’uriner, les personnes affectées sont en mesure de prolonger lentement les intervalles entre chaque vidange de la vessie. Un prolongement d’environ trois à quatre heures est positif.
  • La prolongation des intervalles entre chaque vidange de la vessie est généralement aussi liée à une hausse de la capacité de la vessie. Elle contribue à améliorer le contrôle du fonctionnement de la vessie.

Il est possible d’accompagner efficacement l’entraînement par l’administration de médicaments qui détendent la vessie et soulagent ainsi l’envie d’uriner.

ll est particulièrement important de rassurer la personne affectée au cours de l’entraînement et de lui épargner les «incidents embarrassants» grâce à des produits d’incontinence absorbants appropriés.


Restez à jour avec le MoliNews

Abonnez-vous dès aujourd'hui à notre MoliNews mensuelle, qui contient des conseils utiles pour une vie active et sans souci.

Inscrivez-vous maintenant
Inscription à la newsletter