Un produit de

Se libérer de la caféine en quatre semaines

Chaque Suisse boit en moyenne plus de 1000 tasses de café par an. Rien d’étonnant à cela: le fait de boire du café nous tient non seulement éveillé, mais il fait aussi partie de notre culture. Mais pour faire du bien à sa vessie, rien de mieux que de renoncer à la caféine. Pourquoi et comment? Découvrez-le dans ce qui suit.

Bon nombre de personnes ne pourraient imaginer leur vie sans café. Mais chez les individus souffrant d’incontinence urinaire, une remise en question de cette habitude peut s’avérer bénéfique. La bonne nouvelle: l’effet diurétique à éviter en cas d’incontinence ne vient pas du café, mais de la caféine qu’il contient.

La caféine est le plus grand diurétique

Les études sont malheureusement univoques: 250 mg de caféine par jour suffisent pour favoriser à long terme une incontinence modérée à sévère. Et ce, indépendamment de l’âge, du sexe ou d’éventuels facteurs de risque personnels. Cela correspond à environ deux tasses de café filtre, une tasse contenant en moyenne près de 125 mg. Et ceux qui n’aime du café que la saveur, rien de plus simple: il ou elle peut alors recourir au café décaféiné. Le problème réside bien plus dans la dépendance physique à la caféine que les buveuses et buveurs de café réguliers développent inévitablement. Et cette dernière se fait sentir lors du sevrage.

Que se passe-t-il dans l’organisme en cas de sevrage de la caféine?

La caféine habituelle disparaît subitement et cette absence se traduit alors par des phénomènes de sevrage, comme des maux de tête, une irritabilité et de la constipation. Mais ce qui se fait le plus manifeste, c’est la fatigue inhabituelle ressentie. Et pour cause: une consommation régulière et importante de café perturbe l’équilibre naturel entre l’adrénaline et son antagoniste, l’adénosine, un nucléoside. L’organisme sécrète ce dernier en excès. L’équilibre naturel se rétablit néanmoins après environ une semaine, et au plus tard après 14 jours.

Le renoncement subit à la caféine se manifeste aussi par une sensation de fringale. Et cette dernière peut s’expliquer de deux manières: d’une part, cette fringale n’est pas «soulagée» par une tasse de café, comme vous en aviez l’habitude. Et d’autre part, l’organisme ne retrouve plus les calories auparavant associées au café et contenues dans le lait et le sucre.

Comment parvenir au sevrage?

La première étape est la plus facile pour toutes celles et ceux qui suivent notre recommandation et prennent quatre semaines pour tenter de se sevrer de la caféine. Au cours des deux premières semaines, il s’agit en effet de diminuer de moitié la consommation de caféine de la semaine précédente. Les choses se corsent alors à partir de la semaine 3. Il s’agit alors de totalement renoncer à la caféine. Mais pas de panique: le sevrage physique de la caféine ne prend qu’environ une semaine, c’est la désaccoutumance psychique qui prend plus de temps. La semaine 4 n’est alors plus destinée qu’à apprivoiser ce nouvel état et à éviter les rechutes.

7 trucs et astuces pour bien maîtriser le sevrage

Et pour que votre projet personnel de sevrage de la caféine puisse se dérouler de manière irréprochable, n’oubliez pas ces quelques astuces:

  1. Commencez un vendredi: vous pouvez ainsi plus facilement démarrer votre semaine de travail sans caféine.
  2. Informez votre famille, vos amis et collègues: votre environnement est ainsi sensibilisé et peut vous accompagner dans votre projet.
  3. Au lever, buvez un grand verre d’eau: vous aidez ainsi votre organisme à lutter contre la constipation et réveillez votre digestion.
  4. Buvez beaucoup d’eau et prenez l’air: vous pouvez ainsi éliminer la fatigue et les maux de tête de manière tout à fait naturelle.
  5. Renoncez au thé noir et aux autres boissons à base de caféine: en consommer à la place du café, c’est non seulement se tromper soi-même, mais aussi faire fausse route.
  6. Établissez des rituels de compensation: comme une tisane ou une autre boisson chaude le matin. Ou bien un carré de chocolat noir entre-deux.
  7. Allez vous coucher lorsque vous êtes fatigué(e): vous apprenez ainsi à écouter votre corps et retrouvez votre rythme de sommeil naturel.

Il ne nous reste maintenant plus qu’à vous souhaiter un franc succès dans votre projet de sevrage de la caféine. Et n’oubliez pas: cette discipline nécessaire est non seulement bienfaisante pour votre vessie, mais aussi pour votre bien-être général. Car après quatre semaines, vous vous réveillez plus frais/fraîche et plus reposé(e) qu’auparavant.

Restez à jour avec le MoliNews

Abonnez-vous dès aujourd'hui à notre MoliNews mensuelle, qui contient des conseils utiles pour une vie active et sans souci.

Inscrivez-vous maintenant
Inscription à la newsletter